• Don Landes

Simone de Beauvoir: existentialisme, éthique, féminisme. PHI 1141

Phil 1141 Simone de Beauvoir: existentialisme, éthique, féminisme. Université Laval, A15.


BUT DU COURS

Simone de Beauvoir est l’une des grandes philosophes de l’ambiguïté de la condition humaine, un thème clé qui traverse ses textes philosophiques, littéraires, et autobiographiques. En suivant ce fil conducteur à travers ses écrits philosophiques, le cours prend pour but d’introduire la philosophie phénoménologique, existentialiste et féministe de Simone de Beauvoir. Souvent comprise soit comme une apologiste de l’existentialisme de Sartre, soit comme une philosophe d’un moment isolé (et dépassé) dans l’histoire du féminisme, ces deux interprétations risquent de masquer la puissance de la philosophie de Simone de Beauvoir. En plus, sa facilité d’aborder la complexité de la condition humaine est un modèle pour une pensée responsable. Refusant sans cesse la tentation de supprimer les paradoxes et les complexités de l’expérience humaine, elle a construit une phénoménologie existentielle abordant la corporéité, la liberté, la sexualité, l’expérience vécue, l’intersubjectivité, l’altérité, et la responsabilité. Dans ce cours, nous aborderons la philosophie de Simone de Beauvoir à travers une sélection de ses œuvres, en particulier : Pyrrhus et Cinéas (1944), Pour une morale de l’ambiguïté (1947), et Le deuxième sexe (1949). Nous allons essayer de voir comment ses arguments dans le domaine de l’existentialisme animent sa position féministe, c’est-à-dire le rapport profond entre la prétention qu’ « on n’existe pas sans faire » et sa phrase célèbre : « On ne naît pas femme : on le devient ».

398 views0 comments