top of page
  • Writer's pictureDon Landes

Merleau-Ponty : la portée ontologique de la perception. Université Laval (Phil 7702).

PHI-7704 Merleau-Ponty :

La portée ontologique de la perception


I BUT DU COURS

« Comment une simple description du voir, de l’entendre, du sentir, a-t-elle pu contenir une telle charge philosophique ? »

(P. Ricœur, « Hommage à Merleau-Ponty »)


À peine quelques mois après la parution de sa thèse de doctorat (Phénoménologie de la perception, Gallimard, 1945), Maurice Merleau-Ponty a été convié par la Société française de la philosophie afin de présenter ses arguments principaux. Étant donné son approche « phénoménologique, » c’est-à-dire une approche qui se présente comme « descriptive, » ses détracteurs avaient suggéré que les conclusions de la Phénoménologie de la perception ne touchent que la psychologie : « La description psychologique ne concerne qu’un petit canton de notre expérience, et il n’y a pas lieu, pensent-ils, de donner à de telles descriptions une portée générale ; elles ne concernent pas l’être lui-même, mais simplement les singularités psychologiques de la perception. » Ce n’est pas sans importance donc que Merleau-Ponty a pris comme titre de son intervention devant ces détracteurs : Le primat de la perception et ses conséquences philosophiques. Selon Merleau-Ponty, la phénoménologie nous donne une pensée ontologique : « Le monde perçu serait le fond toujours présupposé par toute rationalité, toute valeur et toute existence. » Ou encore, dans la perception on trouve « les mêmes structures fondamentales, la même synthèse de transition, le même genre d’horizons » qu’on trouvera dans « l’être lui-même. »

Le but de ce séminaire sera donc d’interroger cette « primauté » de la perception dans la philosophie de Merleau-Ponty, en commençant par la Phénoménologie de la perception, mais aussi en suivant ce fil conducteur jusque dans ses derniers écrits (notamment « L’œil et l’esprit » et Le visible et l’invisible). Or, c’est certain que Merleau-Ponty a changé (au moins) son style d’interrogation ; a-t-il changé également sa position ultime sur la portée ontologique de la perception ? Si oui, pourquoi et comment ? Si non, où se trouve le monde perçu dans son ontologie de la « chair » ? Nous allons chercher à comprendre les fondements phénoménologiques de l’ontologie merleau-pontienne, voire la continuité ou la discontinuité de sa pensée.

12 views0 comments

Recent Posts

See All

Phénoménologie et éthique. Université Laval, PHI 7704

Phil 7704 Phénoménologie et éthique. Université Laval, H18 BUT DU COURS « Ainsi pour les moments de notre vie, dont nous sommes les artisans. Chacun d’eux est une espèce de création. [… N]ous nous cré

bottom of page